AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trouble au Pardis, Extrait

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Trouble au Pardis, Extrait   10/28/2012, 22:50

Les commentaires c'est par là !

Bientôt un siècle que je parcours la Terre. Je suis né en Allemagne, cinq ans avant la première guerre mondiale, j'ai activement participé à la seconde en dirigeant le camp de Plaszow, c'est là que j'ai rencontré Oskar Schindler, et Louise. Une originelle, vampire âgée de plus de mille ans. Elle fuyait son demi-frère, Niklaus, qui voulait l'enfermer dans un cercueil pour l'avoir trahit pour vivre une vie sans prendre les humains pour des poches de sang géantes. Je ne comprenais pas trop son point de vue, mais avant qu'elle parte, elle m'a donné une fiole de son sang, permettant de me transformer en vampire à ma mort. Nous avons passé la majeure partie de notre vie loin de l'autre mais en 2012, j'ai retroucé sa piste et je me suis rendu à Mystic Falls, ville remplie de créatures surnaturelles. Les Mikaelson, Elijah, Klaus, Kol, Rebekah et Louise, Jérôme, son époux, Pauline la métamorphe lionne et aigle, Caroline et Damon, deux jeunes vampires, sans parler de Mathilde la louve et Lou la sorcière. Tout aurait pû s'arrêter là si mon amie ne s'était pas faite enlevée par un terrible mage noir, Voldemort. Après un serment, il nous a promis de nous protéger au prix de notre participation à une guerre. La guerre de Poudlard.
Quatre ans après cette guerre que nous avons perdu, nous nous sommes retrouvés au manoir Mikaelson pour raconter nos vies séparées les uns des autres. Mais c'était sans compter la disparition d'Elijah, Severus, Voldemort et Rebekah. Nous décidâmes de nous séparer en deux groupes, l'un explorant l'Angleterre, l'autre se concentrant sur la forêt interdite. Après une expédition dans les galleries de Gringott's, nous apprîmes que la famille de Lucius Malfoy s'était faite arrêtée, et aujourd'hui, je vais vous raconter la journée qui a tout changé pour moi.


A la recherche de Tom. POV Amon.


Je me réveillais en sursaut le lendemain matin. Je remarquais que j’étais le premier levé, à vrai dire, je venais de faire un cauchemar, rêvant de ma mort il y a de cela moins d’un siècle. Je remarquais Lucius qui était perché sur un rocher à sonder les alentours. C’était son tour de garde. Je ne pouvais pas imaginer à quel point le mangemort devait se sentir mal. Ou peut-être qui si, si je remontais jusqu’au jour où j’avais laissé Helen partir par appât du gain. Je savais désormais que l’argent ne remplaçait pas l’amour et la seule chose qui m’avait fait tenir après cette tristesse qui s’était emparée de moi de la savoir loin, était l’idée qu’un jour je retrouverais surement ma meilleure amie et qu’à nouveau quelqu’un m’aimerait pour celui que j’étais vraiment. Pas que je sois facile à vivre ou appréciable, je savais parfaitement que j’étais violent, impulsif et imbu de moi-même. Je n’arrivais que très peu à montrer mes sentiments. Quand on fait partit du Reich, on n’a pas la place pour les sentiments autres que la haine et la douleur. Je ne regrettais pas de m’être engagé dans ce mouvement, j’aimais tuer, je me sentais libéré, mais j’étais seul là-bas.

Je m’approchais sans un bruit du blond et m’assis à ses côtés. Il me lança un bref regard mais ne dit rien. Je remarquais ses yeux rouges et gonflés, et je repensais automatiquement à cette fameuse nuit où j’avais voulu avouer mes sentiments à Helen et que j’avais perdu le contrôle et je l’avais frappé car je me haïssais d’éprouver de l’amour pour une juive. Je finis par contempler le soleil qui se levait doucement derrière les arbres, une certitude venant balayer ma présente tristesse. Louise était là et j’avais Kol sur qui compter maintenant, et surement les autres même si je n’étais pas sûr vu mon comportement. Et je ferais tout pour sauver Elijah qui se montrait aimable envers moi peu importe ce que je faisais, et j’aiderais également Rebekah, Severus et Tom parce qu’ils comptaient pour Louise et qu’après tout ce qu’elle avait fait pour moi, je voulais la rendre heureuse.

- On les retrouvera Lucius, et s’il faut retourner tout le pays voire le monde pour ça, je le ferais. Tu as aidé mon amie lorsque je n’étais pas là et je t’en suis reconnaissant donc je vais t’aider du mieux possible. De toute façon, il est hors de question que nous les laissions faire du mal à une seule personne de notre groupe.

- De notre famille. Me corrigea Louise qui s’était levée sans un bruit et avait posé une main sur mon épaule et l’autre sur celle de Lucius.

Je me tournais vers elle et je me levais pour la serrer dans mes bras, me sentant à nouveau bien contre celle qui m’avait toujours écouté et réconforté. Ce contact me rassura et eut tôt fait de me rendre ma bonne humeur habituelle et je me détachais d’eux pour donner une bourrade à Lucius et me placer au centre du campement.

- SCHNELL !!! Hurlai-je à pleins poumons. ON A DES MECHANTS A TROUVER ET TORTURER LES GARS !

Pour toute réponse, je me pris un sac de couchage dans la tête alors que Jérôme grognait et se tournait sur le dos, les yeux fermés et continuant de dormir. Pauline s’était levée et vu l’absence de paillasse, c’était elle qui avait effectué le lancer. Quant à Kol, il était en train de se dévêtir. Je le regardais intensément en me demandant ce qu’il faisait avant de me détourner de lui et de marcher jusqu’à Jérôme et de m’agenouiller derrière sa tête. Je posais mes mains sur ses tempes et commençais à les lui masser avec douceur.

- Ô Jérôme, bel Apollon de notre blonde, réveilles-toi.

- rmmfff… Louise…

Je retins un fou-rire en l’entendant parler. Je regardais autour de moi pour voir que tous mes compagnons s’étaient placés autour de nous. Je détaillais ensuite le visage endormi de Jérôme, ses lèvres fines, ses paupières clauses, les veines qui apparaissaient légèrement sous sa peau et son crâne presque dénué de cheveux. Je me penchais lentement, comblant les centimètres qui nous séparaient.

- Il va pas faire ça… Souffla Pauline.

- Et tu le laisses faire ?! S’étonna Kol.

- Ca va être amusant. Répondirent Louise et Pauline à l’unisson.

Mes lèvres entrèrent en contact avec celles du vampire. Il ne fit d’abord rien puis passa ses bras autour de mon cou et me tira en avant, je me retrouvais à plat ventre sur lui et il me retourna pour être au-dessus de moi en position assise et me toisa avec un sourire moqueur.

- Alors Amon ? Tu es devenu gay pendant la nuit.

- En fait j’ai toujours craqué pour toi mais j’osais pas le dire, Louise aurait été jalouse tu comprends, et jamais nous n’aurions pu vivre notre amour.

- Quelle tragique histoire en effet… Tu dois être traumatisé. Maintenant si tu pouvais cesser de m’embrasser et me laisser tranquille, je t’en serais reconnaissant. Parce que loin de moi de jouer les rabats joies mais nous avons une grotte à explorer.

Je m’exécutais et je m’armais rapidement. Une ceinture où je pus accrocher un fusil à pompe et mes munitions ainsi que des flingues sur les côtés et un couteau dans ma botte droite. A présent je me sentais en totale sécurité et prêt à affronter n’importe qui. J’observais les autres et je vis que Lucius avait posé ses mains sur les tempes de Louise et la sondait de son regard gris acier. Ils communiquaient par la pensée. Je n’aimais pas trop les pratiques sorcières, pour le peu que j’en avais rencontré, les mages étaient tous des tarés qui tentaient de me tuer, de me torturer ou alors de faire chier leur monde. Il y avait encore Lou de potable mais parfois, quand elle me regardait, j’avais l’impression qu’elle allait me manger. Pas que j’ai peur, bien au contraire, mais je devais avouer que ça avait quelque chose de légèrement, mais très légèrement, inquiétant. A ma grande surprise, je vis que Jérôme avait opté pour le pistolet que je lui avais offert et deux pieux attachés à un système de projection lui-même accroché autour de son poignet.

[ à suivre]
Revenir en haut Aller en bas
 
Trouble au Pardis, Extrait
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moscou vaut bien une montre (extrait du Monde)
» La Master Mariner Deep Sea et son extrait des archives. >>>
» Extrait de l'homme approximatif, de Tristan Tzara
» [Unger, Lisa] Mémoire trouble
» ~to love ru trouble~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sky Dreams :: Après l'effort, le réconfort ! :: Corbeille-
Sauter vers: