AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du sang dans la neige

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Du sang dans la neige   9/11/2012, 21:25

DU SANG DANS LA NEIGE

Prologue

Les imagent défilent si vite, cette nuit d'hiver où la lune était absente ,ce paysage blanc, cet orphelinat … le corps d'Eden étendu dans la neige, éclairé par le vieux lampadaire de jardin … j'ai mal... si mal. Il y a tant de sang.. je le revoie couler des ses lèvres entrouvertes … et tomber lentement … se propager parmi les flocons ... , colorant de rouge la neige fraiche.

Chapitre 1

Les souvenirs de cette terrible nuit lui transperçaient le cœur.
Sa lèvre inférieure trembla. Elle eut soudainement envie de pleurer, ses yeux se remplirent de larmes et sa vision se troubla.

Cet orphelinat du nord de la Suède avait à tout jamais marqué sa vie. Elle se souvenait encore de l'odeur de feuilles séchées et parfumées qui envahissait les lieux. Mme. Ohlssonn en disposait dans chaque pièce. Elle se souvenait du froid glacial, qui, de l'automne au printemps, prenait ses quartiers dans l'immense battisse. De la neige qui recouvrai le rebord de sa fenêtre les matins d'hiver, mais aussi et surtout de la compagnie d'Eden, sa seule famille, son unique sœur. Elle se souvenait de son sourire, de ses grand yeux verts, de sa façon de dire : allez Eileen, fait pas ta trouillarde, vient avec nous !
Elle était emplie d'une joie de vivre incomparable. Elle disparut, et emporta celle d'Eileen avec elle.


Le souvenir de sa sœur était toujours présent dans sa mémoire. Elle avait conservé d'elle une photo abimée et une boite à musique, très jolie mais impossible à ouvrir. C'était Eden et ses petits secrets. Les autres enfant de l'orphelinat n'en savait pas beaucoup sur elle. Mais elle, en savait beaucoup sur eux. Elle s'était vue endosser un rôle de grande sœur à l'oreille attentive à l'égard de ceux qui avait quelque chose à raconter.
Bien qu'elle ne fut pas la plus âgée, elle était de loin la plus mature. Eileen l'avait toujours admiré.

De retour dans le présent, Eileen essuya la buée sur la vitre de la salle de bain. Elle expira lentement et contempla son reflet dans le miroir. Elle ne s'était jamais trouvée jolie., bien qu'elle fut en fait, d'une beauté remarquable. Elle coiffa ses longs et fins cheveux blonds, passa de l'eau sur son teint pâle et sans défaut, et observa d'un regard dénué d'expression ses iris bleus clairs.

Elle retourna dans sa chambre. Elle tira son lit et se glissa entre le matelas et le mur. Elle en sorti une boite à chaussures emballé dans un tissu rouge brodé de perle d'or véritable. C'était peut être la seule chose précieuse qu'elle possédait. Elle défit lentement le carré de soie et dévoila la boite.
À l'intérieure, la photo et la boite à musique.
Elle contempla le visage joyeux de sa sœur et essaya comme elle le faisait souvent, d'ouvrir la petite cassette. Et comme chaque fois, elle n'y parvenait pas. Elle était fermée au moyen d'une petite serrure encastrée dans la nacre.


Le meurtre de sa sœur était resté un mystère. Mme Ohlsson avait étouffé l'affaire, ce qui étant donné les circonstance avait été chose facile. En effet, l'orphelinat qu'elle tenait était perdu dans la campagne suédoise. Personne n'y entrait jamais et les rares fois ou quelqu'un en sortait, c'était lors des réapprovisionnement de nourriture et les jours appelés les vendredi blancs. Le terme « vendredi blanc » n'était qu'un doux euphémisme pour désigner les jours ou Mme. Ulrich, la dame chargée des adoptions, emmenait les enfants en ville, afin que des parents en mal d'enfant puissent venir en choisir un. Cette vieille femme détestable les vendait comme des poules sur un marché. Ces jours étaient appelés ainsi en raison de leurs tenues.
D'adorables vêtement en soie blanche brodée de dentelle, portés pour donner bonne impression, et entretenir la bonne réputation de l'orphelinat Ohlsson.

L'adoption d'Eileen remontait à quelque jours après l'accident. Elle avait été envoyé dans une famille anglaise, loin de son pays natal. Désormais elle s'appelait Eileen Clarks vivait à Bristol, entourée d'une belle famille, de tout ce dont elle avait rêvé étant petite et se voyait offrir tout ce qu'elle réclamait, bien qu'en fait ses demandes furent rares. C'était la manières de ses nouveaux parents de rattraper son « enfance gâchée ».
Sa nouvelle maman se prénommait Annabeth Clarks, et représentait exactement l'idée qu'Eileen se faisait de la 'maman parfaite'. Elle ne travaillait pas, mais était incroyablement riche. En effet son père lui avait légué une telle fortune que toute la famille aurait put reposer dessus pendant au moins 3 générations. Mais en bon père de famille digne et responsable Ray Clarks tenait à travailler. Il était assureur dans une petite compagnie et gagnait très convenablement sa vie.
Ils avaient déjà un enfant, Edwin. Eileen avait confiance en lui. Il était gentil, attentionné, pas très malin mais drôle. Eileen se plaisait ici et pouvait recommencer une vie a Bristol, effacer le passé et ne plus jamais y repenser.
Enfin.. pas tout à fait...


L'histoire (re)commence un mois après son adoption. Un matin de janvier premier jour d'Eileen dans un lycée. Un vrai lycée.
Elle se leva difficilement et descendit prendre un petit déjeuner. En bas, toute la famille était déjà levée, habillée et prête pour aborder la journée, ce qui n'était visiblement pas le cas de la jeune fille. Son arrivée interrompit la conversation et le silence s'installa. Tout le monde lui sourit . Peut être un peut trop gaiment en un matin d'hiver pour que cela paraisse sincère.
Bien qu'elle se sentit aimée et protégée parmi eux, Eileen ne se sentait pas vraiment à sa place dans la famille Clarks. La vision d'une famille unie, heureuse et parfaitement indépendante de quiconque, qu'elle avait eu en les apercevant du haut des escaliers lui faisait penser à un tableau. Un magnifique tableau dans le quel elle s'incrusterait.
Bonjour. Dit-t-elle timidement.
Silence.
Euh bonjour ma chérie, s'empressa d'ajouter Anabeth.
Une fois son petit déjeuner engloutit elle monta dans la salle de bain se préparer. Elle scruta son reflet dans le miroir, laissa comme à son habitude échapper une minuscule larme. Edwin apparut derrière elle, et lui sourit. Elle renifla, sécha aussitôt ses pleurs et lui rendit son sourire.
- T'en fait pas, ils sont toujours comme ça ! Tu va t'y habituer !
- Ça j'en sait rien … répondit-t-elle.
- Alors ? Prête pour ton premier jour d'école mon poussin ? Pouffa le garçon en imitant sa mère.
- Ed .. rit-t-elle, j'ai déjà du mal à ne pas me décomposer sous le poids du stress, …
- Allez Eileen dépêche toi un peut, on va être en retard.
A contrecœur, elle quitta la salle de bain et se rendit dans sa chambre. Elle enfila une robe de dentelle grise à manche longue, bien que particulièrement courte, des collants fins, et son habituelle pair de Docs verte foncé. Elle prit son sac, une écharpe et sortit.

La neige qui recouvrait les rues de Bristol lui rappelait la Suède. Accompagnée d'Edwin, Eileen marchait en direction du lycée. Elle apercevait déjà au loin la grande grille noire ouverte sur un immense bâtiment de brique rouge. Elle ne put s'empêcher de remarquer devant, un troupeau d'élève libérant au dessus de leur tête, un gros nuage de fumée.

- Bon ? On traverse ce champ d'individu intoxiqués concentrés en masse ? Plaisanta Ed.
- hum .. dit elle inquiète.
- allez Eileen fait pas ta trouillarde ! viens !

... son coeur se glaça. Mais elle sourit.

Ce qui faisait rire Edwin, inquiétait plutôt Eileen. Ce 'champs d'individu' s'apparentait plutôt à un mur infranchissable ou une forêt de lianes entremêlées. Trop tard, elle avait sourit, elle avait fait croire que cela l'amusait aussi. Maintenant, tout deux étaient devant. Un sourire aux lèvres, Ed fonça dans le tas, et disparut dans la foule. Elle regarda tout autour d'elle et avant même qu'elle ait eu le temps de se décider à partir, elle se retrouva entourée de gens. Il y en avait de tous les côtés. Paniquée elle fit un tour sur elle même et marcha dans une direction prise au hasard. Des gens, des gens, encore des gens. Cela n'en finissait plus. L'odeur de la cigarette l'étouffait, elle fonçait tête baissée. On lui écrasait les pieds, on lui crachait de la fumée sur le visage, on la bousculait. C'en était trop. Elle accéléra, releva la tête et aperçut enfin de la lumière.

Quand enfin elle se dégagea de la masse, ce fut le soulagement . Elle repris une respiration normal et posa sa main sur son front. Une dizaine de mètre plus loin Ed riait aux éclats accompagné de deux de ses amis.
- Alors ? Lui lançât-il, ca fout les chocottes hein ? Il riait de plus belle.
- Hum, oui c'est effrayant, répondit Eileen en cachant son ahurissement derrière un sourire forcé.
- Hé oui, c'est la grande étape pour les petits nouveaux ! Dit un des amis d'Edwin, c'est un test ! Poursuivit-il en chuchotant.
- Un … test ? Tu veux dire qu'il y a un autre moyen d'entrer dans le lycée et que traverser ce … truc n'est pas obligatoire ? Questionna-t-elle.
- Dans l'mil, Basile ! Y'a une porte derrière. Raillât-t-il

Ed riait aussi.

- Voici Greyson Barkley. Dit-t-il
- En personne ! S'exclama celui-ci avec un large sourire.
- Et voici Chelsea Ryan.

La Chelsea en question me sourit vaguement, et me fit un signe discret de la main, tête baissée.

- es gars, voici Eileen!

La sonnerie retentit.

- Dépêchons-nous avant que cette bande de zombie ne jette son dévolue sur les cages d'escalier, ils vont les rendre encore plus impénétrable que le porte du lycée.
- Bonne idée. Dit Chelsea

A peine Ed eut-il fini de parler que déjà, tout le monde se ruait vers les deux minuscules portes. Les quatre amis en firent de même. Les cours passèrent lentement. Tous les profs dirent à peut près tous la même chose à Eileen. Ici, on travaille, ou on part.

A la fin de la journée, Edwin, Greyson, Chelsea et Eileen se retrouvèrent derrière le lycée. L'arrière de la battisse n'avait rien a voire avec la façade avant. Le lycée était situé sur une colline qui surplombait la ville. La vue était à couper le souffle. Le soleil couchant disparaissait au loin derrière les maisons éclairées.
Maintenant, on va te montrer notre monde. Lança Greyson.
Ils s'assirent et contemplèrent l'horizon. Chelsea alluma une cigarette. Elle était blonde, comme Eileen. Mais ses cheveux était un peut plus épais et plus foncés. Elle portait un bonnet blanc et un blouson dont la capuche était tapissée de fourrure. Eileen la trouvait très belle.
Chelsea représentait tout ce qu'elle n'avait jamais été. Une fille populaire, entourée d'amis, intégrée à merveille dans la société.

- Tu me regarde ? Lui dit-t-elle doucement.
- Oh.. excuse moi, j'étais.... perdue dans mes pensées.
- Ça ne fait rien. Dit-t-elle, avant de tourner la tête.
- La vue est … vraiment magnifique. Continua Eileen.
- Oh ça ouais Basile ! Dit Greyson.
- Mon nom est Eileen.
- P't'être bien .. mais j'ai trouvé que Basile t'allait vraiment bien tout à l'heure ! Tu vois la petite maison en contrebas ?
- .. eh bien il y en a des milliers.
- Regarde mieux ! Il pointa du doigt le bas de la colline. Juste ici, c'est ma maison!
- Je ne la voie pas !
- Facile, c'est la plus jolie !

Déconcertée par l'humour de Greyson, Eileen se contenta de sourire.

- Lui aussi, il est toujours comme ça, la rassura Ed. Mais ne t'inquiète pas si il ne te considérait pas comme son amie il serait bien plus vexant !
- … Il faut que je m'habitue au terme «amis»... c'est assez nouveau pour moi !
- J'imagine ouais .. dit Ed.
- Attendez 'faut bien que je parle à quelqu'un, j'ai des choses à dire moi !
- Eh bien dit les chez toi ! Rit Eileen.

Ses trois amis rirent en chœur.

- Haha crois moi, Ce n'est pas chez lui que Greyson peut raconter ses débilités. Lança Chelsea.
- Euh ouais .. en fait je vis seul avec ma mère. Mon père s'est enfuis quand j'étais bébé et depuis ma mère est un peut hum... comment dire ..
- Déprimée. Coupa Chelsea.
- Oui, un peut rit-t-il !
- Ooh excuse moi, je ne savait pas.
- T'en fais pas, sourit Greyson! Je ne suis pas le premier dans ce cas, ni le dernier d'ailleurs.


Greyson poursuivit en racontant l'histoire du début de sa vie, expliquant l'engagement de son père dans l'armée, qui en fait n'était qu'un prétexte pour les avoir lâchement abandonnés, lui, et sa mère Judy Barkley, qui depuis buvait très souvent. Elle travaillait au Fried Chicken House, le snack à coté de chez eux , en temps que Manager, ce qui lui permettait d'avoir un revenu confortable, mais surtout de choisir ses horaires.
Il ajouta que ce n'était pas si grave et que c'était mieux sans lui.
A son tour Chelsea expliqua à Eileen sa situation familiale. Elle vivait avec son père, Josh Ryan, divorcé d'avec sa mère. Mais remariée, à «MissFake», comme elle aimait l'appeler. Selon Chelsea, sa nouvelle femme, prénommée Hilda, ne s'intéressait qu'a son argent, et feignait d'être gentille avec elle. Chelsea la détestait.
Sa mère Nelly Scott Nolan était en plein tour du monde avec son fiancé Nils. Un tour du monde qui durait déjà depuis 3 ans. Chelsea ne se plaisait pas avec son père et attendait désespérément le retour de sa mère. Mais elle savait que Nelly ne tenait pas en place, et que si elle reviendrait un jour, ce serait juste l'affaire de quelques semaines, le temps de quitter Nils, de se retrouver un fiancé, pour ensuite repartir faire un tour du monde.
Son histoire prit fin, et un silence s'installa.

- Et toi Eileen ? D'où tu viens ? Demanda Greyson. On a tous une histoire !
- hum … eh bien je .. je viens de suède.
- C'est tout ?!
- Hé Greyson ! … laisse la ! Dit Edwin
- Non … ça va aller, je vais finir ! Tout le monde à raconter son histoire .. je vais raconter la mienne !

Greyson lui sourit.

- Alors. Je suis née dans la campagne suédoise mais mes parents ont étés tués par accidents lors d'une fête villageoise dans une auberge qui à tourné à la barbecue party à cause d'une bougie malencontreusement tombée contre un rideau..., scenario classique... donc voilà pour mes parents hum .. donc j'ai grandi dans un orphelinat avec ma sœur Eden... qui … hum a été tuée elle aussi, mais par contre... personne ne sait qui a fait ça.
Un silence suivit ces derniers mots. Elle poursuivit:

- hum oui donc j'ai été adoptée ensuite par les Clarks et .. et voila

un silence revint, encore plus pesant que le précédent. Mais cette fois si, Eileen n'avait plus rien a ajouter.



- Et dire que je me plaignais presque que ma mère soit une ivrogne qui dirige une friterie pourrie.... dit Greyson sur un ton blasé.
- On .. a tous une histoire. C'est toi qui l'a dit.



_________________

voila voila pour le chapitre 1, dites moi ce que vous en pensez !! j'accepte toutes les critiques ! lachez vous Smile
--> commentaires : http://skydreams.forumactif.org/t3513-commentaires-du-sang-dans-la-neige#45878


Dernière édition par bouunh-84 le 9/11/2012, 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Carmicael
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Capricorne Singe
Nombre de messages : 933
Age : 25
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/06/2012

MessageSujet: Re: Du sang dans la neige   9/12/2012, 20:58

Ah. Suite à ton mp je me suis dit que j'allais commenter, mais je visualise désormais le problème. Ne poste pas tout ton texte d'un coup s'il est trop long. Tu constateras que c'est rébarbatif, et qu'effectivement, les commentaires se feront désirer. Je te conseille de poster environ 3-4 pages word maximum d'un coup. Et de poster la suite une fois que tu auras un bon petit nombre de commentaires.

Je suis très fatiguée ce soir, mais je reviendrai certainement demain pour te lire et commenter ! (En attendant, j'espère que certains membres verront ton texte (puisqu'il sera forcément tout devant jusqu'à ce que quelqu'un commente autre chose) et le commentera ! c:

_________________
Invité,
En te levant le matin,
rappelle-toi combien précieux est le privilège
de vivre, de respirer, d'être heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Du sang dans la neige
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» B Revo> Petite Sortie dans la neige 29/11/2010
» photos la nuit dans la neige
» Pattes dans la neige ... Aussi ...(+ Ajout)
» Félin dans la neige!
» Survivre dans la neige

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sky Dreams :: Après l'effort, le réconfort ! :: Corbeille-
Sauter vers: